07/09/2008

Désolant super DD, une fois de plus...

Selon Reynders, "la Wallonie est le mal belge" : Réaction de Rudy Demotte
Le Ministre-Président de la Région wallonne, Rudy Demotte, a lu avec attention et regret les propos de Didier Reynders que Le Soir publie ce samedi matin.
Lorsque de tels propos sont tenus, il convient de bien distinguer les faits d’une stratégie politique surprenante.
 
Au niveau des faits, l’évolution de la Wallonie est une réalité :
 
  • il y a plus de 20.000 demandeurs d'emploi inoccupés de moins entre juin 2007 et juin 2008, soit une baisse de 8 % sur un an ;

  • l'immigration géographique nette d'entreprises montre que, depuis le début de la décennie, la Wallonie est la plus attractive des trois Régions. En 2006, par exemple, le rapport s'établissait à 403 entreprises ayant quitté l'une des autres régions du pays pour la Wallonie contre 190 pour la Flandre ;>

  • entre 1996 et 2007, la croissance annuelle moyenne des exportations wallonnes a été de 9,1% contre 7,7% pour la Flandre, 5,7% pour la France, 7,9% pour les Pays-Bas ou 8,6% pour l'Allemagne ;

  • en matière d'investissements étrangers, 70 dossiers ont été menés à bien pour un montant global de 439 millions d'euros. Les exemples récents ne manquent pas pour illustrer ce propos : arrivée de Google, Microsoft et H&M dans la région montoise, extension de Baxter à Nivelles, Braine-l'Alleud et Lessines, d'Air Liquide à Ghlin, Charleroi et Seraing, installation de Johnson et Johnson à Courcelles, etc. ;

  • pour la période 2001-2005, la croissance wallonne est de 7,7 % contre 7 % en Flandre ;

  • etc.
 
Contrairement à l’image que Didier Reynders veut véhiculer des habitants du Sud du pays, Rudy Demotte insiste sur le fait que cette meilleure santé wallonne, on la doit avant tout aux Wallons eux-mêmes. Elle est le fait non pas des seuls hommes politiques, de formations politiques en particulier mais relève au contraire d’une prise de conscience générale ainsi que d’une évolution indéniable des mentalités.
 
Chaque jour, 13,3 % de travailleurs wallons (162.000 personnes) se rendent quotidiennement dans l’une des deux autres régions, une proportion qui dépasse celle des Flamands (9,7%). Autre indice marquant d’une évolution et d’une mobilisation de chacun des acteurs : en 2007, la Flandre a enregistré 70.350 jours de grèves et la Wallonie 26.700. Même en rapportant ces chiffres à la population active occupée, on obtient un ratio de 2,63 pour la Flandre contre 2,07 pour la Wallonie.
 
Cette prise de conscience et cette évolution tangible des mentalités au Sud du pays sont le résultat d'un travail entamé ces dernières années auquel a souscrit et pris part l’ensemble des forces politiques francophones.
 
Le Plan Marshall constitue la quintessence des différents plans mis en œuvre depuis 2000. Il a ceci de particulier qu’il n’entend pas impulser d’ "en haut" une logique à laquelle chacun devrait souscrire mais au contraire soutenir les initiatives particulières afin de permettre l’essor d’une dynamique collective dont les effets bénéficient à tous. En à peine 3 années de mise en œuvre, les résultats de cette stratégie sont indéniablement payants.
 
Et Rudy Demotte de noter que le seul reproche que Didier Reynders nourrit à son encontre porte uniquement sur la nature de son appellation. Tandis qu’a contrario, les acteurs de terrain tels l’Union wallonne des Entreprises en demande la pérennisation. De mémoire, Rudy Demotte constate qu’une telle demande n’a jamais été formulée à l’encontre de l’une des politiques mises en œuvre par le Ministre Reynders.
 
Sur l’attitude de Didier Reynders à proprement parler, Rudy Demotte constate avec regret que ce dernier est prêt, s’il pense que cela sert ses stricts intérêts électoraux, à mépriser les Wallons et donner aux Flamands les plus radicaux des arguments caricaturaux pour les convaincre de défaire la solidarité belge.
 
Par les temps communautaires qui courent, la Wallonie et Bruxelles n’ont nul besoin de Cassandre qui font feu de tout bois. Mais bien de dirigeants susceptibles de faire fi de leurs ambitions personnelles au profit d’un projet et d’une vision d’avenir.
 
Plutôt que d’œuvrer à diviser les forces francophones, il conviendrait de les rassembler. Plutôt que de mépriser les Wallons, il serait bon de les défendre. Plutôt que de s’enliser dans le passé, le président du MR devrait aider à la construction d’un avenir.
 
Rudy Demotte a bien conscience qu’une telle évolution dans le chef de M. Reynders risque de prendre bien plus de temps que celui qui fut nécessaire pour voir apparaître les premiers effets du redressement wallon. Néanmoins, il l’appelle de ses vœux : en ces temps difficiles, il conviendrait que tous, en ce compris le président du premier parti francophone, comme Didier Reynders aime s’entendre le répéter, fassent œuvre utile en construisant un projet d’avenir qui leur soit commun et bénéfique.
 
Et Rudy Demotte de souhaiter que l’amitié sincère qui semble unir Didier Reynders au parti flamand de Marino Keulen et du bourgmestre de Lennik puisse faire tâche d’huile et l’amener à se réconcilier avec la région où il a choisi d’élire domicile.

21:29 Écrit par Saverio Ciavarella dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.