16/07/2008

 

Que va-t-il se passer dans les prochaines heures et les prochains jours. Le politologue Pierre Vercauteren a développé les scénarios possibles pour nous. Il est d'abord revenu sur ce qui a provoqué cette démission-surprise (la troisième en un an) de Yves Leterme. "On a peut-être sous-estimé les réticences flamandes quant à l'absence d'accord profond sur les questions communautaires" a-t-il énoncé. Selon lui, trois signes s'étaient cumulés ces derniers jours:

1. Les fortes réticences très explicites de la N-VA, en particulier de Geert Bourgeois
2. Le fait que le CD&V décide de ne pas décider mais au contraire d'attendre 24 heures
3. L'abstention du sp.a

"Tout cela constituait une forte fragilisation d'Yves Leterme" conclut Pierre Vercauteren. Que va-t-il se passer à présent?


Les scénarios envisageables:

"La balle est dans le camp du Roi. Il doit manifestement prendre le temps de la réflexion et de la consultation parce que les esprits sont à ce point survoltés qu'il est d'abord nécessaire de faire baisser la pression. On va sans doute attendre plus quelques heures pour voir le jeu se décanter" commence le politologue. Que va alors faire le Roi? Pierre Vercauteren entrevoit plusieurs alternatives.

1. Il peut demander au Premier ministre de reprendre à nouveau une tentative pour essayer de sortir de l'impasse.

2. Il peut nommer un explorateur ou un informateur pour débroussailler le terrain partioculièrement difficile

3. Il peut poser le constat d'échec et demander à la Chaùmbre la dissolution de manière à pouvoir organiser des élections anticipées.

 

"Une épée de Damoclès qui constitue une menace de mort pour tout gouvernement"

La conclusion de Pierre Vercauteren rejoint les déclarations de Didier Reynders ce matin. Il faudra une vraie réforme de l'Etat pour en finir avec cette crise qui dure depuis un an.

"C'est une nouvelle étape de la crise. Depuis juin 2007, le gouvernement est resté avec l'épée de Damoclès d'une crise communautaire. Aussi longtemps qu'on n'a pas résolu sur le fond la nouvelle structure institutionnelle de l'Etat et la question de BHV, cette épée de Damoclès continuera à constituer une menace de mort pour tout gouvernement".

22:51 Écrit par Saverio Ciavarella dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.