09/06/2008

Le PS exige une réforme sociale

 decoration








Le parti socialiste veut une "réforme sociale" dont la dynamique doit être enclenchée d'ici au 15 juillet. Un Bureau du parti, élargi à l'ensemble des parlementaires, s'est penché ce lundi sur un paquet de propositions visant à revaloriser le pouvoir d'achat des travailleurs, des allocataires, des pensionnés et des familles. Il faudra que la réforme sociale constitue "un chapitre essentiel de la prochaine déclaration du premier ministre devant les Chambres", a averti la vice-première ministre Laurette Onkelinx.

Ce projet de réforme sociale est issu dans les grandes lignes du programme électoral du parti pour les élections de 2007. Outre le bonus emploi et l'exonération fiscale qui doivent permettre à un isolé à temps plein d'atteindre 1.300 euros nets, le PS reste favorable à un bonus fiscal (crédit d'impôt) de 1.250 euros intégré au précompte pour les revenus jusque 50.000 euros bruts par an, soit 90% des contribuables.

Les socialistes entendent également soutenir les femmes seules avec enfant (les familles monoparentales pourraient continuer à bénéficier des suppléments sociaux jusqu'à un revenu de 1.810 euros), poursuivre l'effort pour les pensionnés (6% hors inflation et liaison au bien-être sur 5 ans et 4% en plus pour les pensions les plus basses et les plus anciennes), obtenir la confirmation du treizième mois d'allocations familiales revalorisées, améliorer la situation pour les malades chroniques, etc.

Rappelant ses propositions "d'alliance énergie-emploi" et de baisse de la TVA sur le gaz et l'électricité ("il ne faut pas attendre l'Europe") en matière "d'écologie sociale", Elio Di Rupo s'est par ailleurs réjoui de voir que certains partenaires du gouvernement l'ont rejoint sur la mise en place d'un observatoire des prix. "Car, en ce qui concerne les laitiers par exemple, il y a une spéculation, des intermédiaires s'enrichissent".

Le président du PS reconnaît que sa réforme sociale coûtera "un peu plus que les 3,5 milliards d'euros" annoncés par Didier Reynders pour la réforme fiscale. Mais "Il s'agira de la mettre en œuvre en fonction des capacités budgétaires et selon un calendrier pluriannuel", a-t-il dit.

19:32 Écrit par Saverio Ciavarella dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.