09/06/2008

La FGTB toujours numéro 1 en Wallonie picarde :

Comme le bon vin (rouge), les résultats des élections sociales se bonifient avec le temps... Ainsi, la FGTB a attendu que près de 95 % des entreprises livrent leur verdict pour présenter ses résultats. Un score très bon, particulièrement dans le non-marchand.

 Les élections sociales, qui se sont déroulées du 5 au 18 mai dernier, ont quasiment abouti; seules quelques entreprises doivent encore livrer leur verdict final. Estimant que les toutes dernières données n’auront une influence que “ très légère sur les résultats dans leur globalité ”, la FGTB a présenté la répartition de ses délégués au sein des CE (conseils d’entreprise) et CPPT (comités de prévention et de protection au travail) des 23 communes qui composent la Wallonie picarde. Le syndicat socialiste montre des chiffres plus avantageux que ceux présentés quinze jours plus tôt par son rival chrétien.

Les poids lourds

Cette patience aura été payante. “ Nous attendions par exemple les résultats de grosses entreprises comme les Carrefour de Froyennes et de Mouscron ”, note Alain Vanoosthuyse, secrétaire régional de la section mouscronnoise. “ Bien qu’elles n’aient pas leur siège social sur notre territoire, ces implantations disposent bien de leur propre CPPT, et ça compte! ”

Au sein des CE, la FGTB remporte 382 mandats, se taillant 48,79 % du gâteau (contre les 45,79 % de la CSC et 5,62 % de la CGSLB). Les chiffres sont également les meilleurs au niveau de la représentation dans les CPPT avec 481 mandats, soit 48,98 % (45,51 % pour la CSC, 5,61 pour la CGSLB).

Ces résultats, les cadres du syndicat les estiment “ globalement bons! ”, et trouvent que la performance de 2008 “ démontre que la FGTB reste le syndicat numéro un, incontournable en Wallonie picarde ”.

Sont-ils pour autant satisfaits de leur score? “ Cela ne reflète pas la réalité du monde du travail, estime Charles Vandecasteele, secrétaire régional de la section Mouscron-Comines-Estaimpuis, qui pointe du doigt les endroits restés hors course comme les entreprises de moins de 50 travailleurs ainsi que les services publics.


Alain Vanoosthuyse remarque également que “ Si on pouvait voter dans l’enseignement officiel comme cela se fait dans le libre, la donne changerait clairement ”.
 pict_86380    

12:48 Écrit par Saverio Ciavarella dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.