02/02/2008

Reynders préfère prolonger que recourir à des élections

Le vice-premier ministre MR Didier Reynders préférerait prolonger la vie du gouvernement transitoire jusqu'en juin 2009, plutôt que de recourir maintenant à de nouvelles élections législatives. Dans une entrevue publiée samedi par la Gazet van Antwerpen, M. Reynders reproche encore au CD&V et au cdH de se croire encore dans l'opposition.

Réforme
Selon M. Reynders, il n'y aura pas de grand accord sur la réforme de l'Etat d'ici le 23 mars. Il faut dès lors travailler en deux phases, avec une solution pour Bruxelles-Hal-Vilvorde et un premier lot de compétences à régionaliser pour Pâques et une deuxième phase après les élections régionales de 2009.

Mais si l'on ne réussit pas à conclure pour Pâques, le gouvernement de transition devrait continuer jusqu'en juin 2009, en se concentrant sur les questions de société et les dossiers socio-économiques. On organiserait alors non seulement les élections régionales mais on voterait aussi pour la Chambre et le Sénat, dit-il. On disposerait alors de 5 ans pour réaliser la réforme de l'Etat.

Mauvaise ambiance
L'ambiance actuelle au sein du gouvernement n'est pas bonne, reconnaît encore le vice-premier ministre, qui pointe deux causes: d'une part, les positions fort à gauche du PS, qui se trouve en porte-à-faux par rapport à l'accord de l'orange bleue, d'autre part le fait que CD&V et cdH se trouvent mentalement encore dans l'opposition. Et le ministre de relever que ce sont surtout ces deux partis qui l'interrogent sur sa politique. "Leterme devrait mieux tenir ses gens", dit-il.

Quoi qu'il en soit, il fera le bilan au cours de la première semaine de mars et s'il n'y a pas d'accord possible en vue, cela ne vaudra plus la peine de continuer, dit-il. M. Reynders se dit optimiste à propos d'un accord sur la réforme de l'Etat au sein du Comité des Sages mais il se demande si un tel accord existe entre partis, notamment pour ce qui concerne le cdH de Joëlle Milquet.

Dialogue
Le ministre des Finances se dit aussi prêt à discuter de tout avec les partis Flamands. Mais cela implique que ceux-ci doivent aussi pouvoir aborder des sujets comme l'élargissement de Bruxelles. Il est demandeur de nouvelles compétences pour les Régions et Communautés, afin de pouvoir mener une autre politique après les élections de 2009 car les perspectives ne sont pas bonnes pour Bruxelles et la Wallonie; le plan Marshall est un plan "Marche Pas", dit-il.

Il est aussi favorable à un "minimum fédéral" d'allocations familiales, auxquelles Régions et Communautés pourraient rajouter quelques chose pour mener leur propre politique.
      Parmis les commentaires … un de Mons… : Juste Leblanc, Mons

Le M(e)R(de) de Reynders aurait-il peur des résultats d'un retour aux urnes maintenant que tout le monde as vu son vrai visage, prêt a vendre sa mère pour être au pouvoir ?  02/02/08 16h12

21:13 Écrit par Saverio Ciavarella dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.